"Aménités de l'AB" ou "la bio c'est mieux"

Certains se souviennent peut-être qu’il y a 3 années tout juste, un rapport de l’INRA sur l’analyse des performances de l’agriculture biologique (LIEN) avait été fort remarqué… puisque que dans un premier temps 63 chercheurs en avaient demandé la dépublication (LIEN), se basant notamment sur ses erreurs de méthodes manifestes. Puis plus d’une centaine (140) avaient à nouveau insisté (LIEN)… Le biau jardinier en avait parlé sur son site : lien.

Le ministre Le Foll, à la demande de la représentation nationale, avait décidé de commanditer une nouvelle étude.

Confiée en janvier 2016 par Stéphane le Foll à l’ITAB, avec l’appui de l’INRA, cette étude à laquelle ont été associés des chercheurs de l‘INRA de différentes disciplines pour couvrir le champ large des domaines analysés, permet de disposer d’une analyse de la littérature scientifique pour objectiver l’évaluation des externalités de l’AB :

«Quantifier et chiffrer économiquement les externalités de l’agriculture biologique ?» (Natacha Sautereau ITAB Institut Technique de l’Agriculture Biologique Marc Benoit INRA Institut National de la Recherche Agronomique)

qui a été remise au ministre en juillet et a fait l’objet d’un colloque public au ministère fin novembre.

Extraits du comuniqué de presse du ministère de l»agriculture :

… «Stéphane Le Foll salue la qualité de l’étude réalisée qui est basée sur une importante synthèse des connaissances scientifiques sur les différentes externalités de l’agriculture biologique et leur évaluation économique. Un travail va être engagé sur les suites à donner à cette étude, en lien avec les acteurs de la recherche et de l’expertise en agriculture biologique pour approfondir ce premier diagnostic. Il contribuera également à alimenter la réflexion sur la place de l’agriculture biologique dans la PAC post 2020 et à préciser la nécessaire rémunération des services environnementaux.

… Le marché enregistre une croissance historique de l’ordre de 20% par rapport au premier semestre 2015 et le rythme de conversion des exploitations agricoles et surfaces n’a jamais été aussi fort (21 fermes par jour) avec 31 880 fermes engagées au 30 juin 2016 (+ 10% par rapport à 2015). Aujourd’hui, en France, 1,6 million d’hectares sont engagés en agriculture biologique. Ceci représente une surface agricole en agriculture biologique de 5,8% au 30 juin 2016 (contre 3,8% fin 2012, soit une augmentation de plus de 50%).

La France dispose donc aujourd’hui de la deuxième agriculture biologique de l’Union européenne et ambitionne d’être la première si l’essor actuel se poursuit.»

Tant qu’à citer les communiqués de presse, le Biau Jardinier diffuse parallèlement ci dessous plusieurs informations pour un plus complet éclairage de la reconnaissance et du soutien financier dont les paysans bio bénéficient de la part de la puissance publique :

les aides nationales à la reconversion à la bio et au maintien bio pour l’année 2015 ne sont toujours pas complètement versées

les dossiers 2016 ne sont toujours pas instruits

les aides PAC dites MAEC (mesures agro environnementales et climatiques) 2015 et 2016 ne sont toujours pas versées. (à noter que les aides PAC à la surface et n’aidant pas aux pratiques vertueuses sont, elles, versées).

Pour entendre Marianne Fouchet, porte parole des Bios de Bourgogne expliquer le sujet :

Aussi «en régions» (comme disent les décideurs parisiens parlant de la province) belle offensive contre la bio : par exemple sur Rhone-Alpes Auvergne, il semblerait que la subvention attribuée au réseau des paysans bio pour l’appui technique sera divisée par 10 !

 

Pour lire l’étude menée par l’ITAB sur les externalités de la bio, suivre les liens ci desous :

dossier de l’ITAB lire la synthèse

dossier de l’ITAB lire le dossier complet

tableau externalités AB

 

 

Tags: 

Catégorie: