Les Le Jeloux, paysans bretons.

C’est vrai que vu de Bresse, c’est loin, la Bretagne. Mais çà vaut le coup d’y aller : il n’y a pas que des usines à lait ou à cochon,

et des tas de fumier stockés un peu partout et qui lessivent leur nitrates en plein champ.

Du tas à la nappe : les vases communicants ?

En Bretagne, il s’en passe plein, des choses bio, et çà, c’est drôlement sympa…

Lors d’une semaine en Bretagne, les Biaux Jardiniers canal historique ont passé plusieurs jours près de Pontivy, chez les Le Jeloux. Pionniers du plant de pomme de terre en bio, à l’initative avec Goulven Thomin de la création de l’association Payzons Ferme,  Catherine et Gilbert ont travaillé en association avec leur fils Yann. Ils avaient accueilli le repreneur du Biau Jardin dans le cadre de son «Tour de France» de 2015 ; il y a notamment acquis les bases de la bonne culture de la pomme de terre. 

Rappel historique : lors du déménagement des Biaux Jardiniers et de leur réinstallation à Sornay en 1995, les Le Jeloux ont soutenu l’aventure depuis leur Bretagne en achetant des parts dans le GFA «les Jardins Qui Chantent», qui finançait l’achat des terrains de leur nouvelle ferme jardinière. Les Le Jeloux sont donc, pour les Biaux Jardiniers, des paysans aussi proches que lointains !

Le Grevel, Neulliac,

Juste en dessous de la Ferme Le Jeloux

Dans la vallée du Blavet, la ferme du Grevel, dans la famille Le Jeloux depuis plusieurs générations, compte une quarantaine d’hectares.

Pour connaître le point de vue paysan de Gilbert sur le métier, suivre ce LIEN

Quand on fait le tour de la ferme, c’est bien facile de reconnaitre les parcelles du GAEC Le Jeloux : ce sont celles autour desquelles il y a des haies…

et où il en manquait, ils en ont replanté.

Les Le Jeloux y produisent en rotation du plant de pomme de terre, plusieurs céréales, pomme de terre de consommation, maïs, sarrasin, ainsi que haricot vert pour la conserverie. Depuis qu’ils n’ont plus de troupeau de bovins, la fertilité des sols est assurée par les prairies temporaires

et l’apport de déchets verts compostés.

Ses parents maintenant en retraite, Yann a repris la ferme. Un nouveau bâtiment avait été monté. Il a une belle couleur joyeuse qui ensoleille la cour de la ferme.

Le mur pierre de l’ancienne écurie a été conservé. C’est écolo, et drôlement joli !

Ce nouveau bâtiment permet de stocker, nettoyer les récoltes dans de bonnes conditions.

Yann développe la transformation de sa production de céréales en toute une gamme de farines, y compris farine toastée de lupin jaune ! Les farines sont transformées en un

«Sacré pain !»

par sa compagne Stéphanie,

qui s’est lancée comme paysanne boulangère.

Elle produit une très jolie gamme diversifée, de pains «classiques» ou sucrés, avec une très grande qualité de panification.

Un bon goût de levain, mais pas trop acide, une jolie croûte, une conservation «d’enfer», bref, un vrai régal ! (LIen)

Avec un pain pareil, le marché à la ferme tenu le vendredi après-midi avec la participation du salarié de la ferme qui fait chauffer la galettière et d’un collègue maraîcher va certainement se développer rapidement.

Payzons ferme !

Cette visite en Bretagne était aussi l’occasion de prendre livraison de la commande de plant de pomme de terre et plant d’échalote directement au batiment de l’association «PAYZONS FERME»

Payzons ferme, association de producteurs de plant bio de pomme de terre et d'échalote

d’y papoter un peu avec les secrétaires et paysans présents.

Pour mieux connaître les paysans bio de Payzons Ferme, leur histoire, leur optique de travail, on peut visiter leur site en cliquant sur la photo de ses fondateurs. Bonne visite !

 

Tags: 

Catégorie: