à propos de la PAC

Campagnes solidaires, le mensuel de la confédération paysanne, propose un nouveau dossier d’analyse de la réforme de la PAC, la politique agricole commune. La «nouvelle» PAC est pour la période 2014/2020.

Le biau jardinier en conseille la lecture. Pour le commander, c’est ici : lien .

Campagnes solidaires, le mensuel de la confédération paysanne, avait fait un premier dossier en février 2012, quand ont commencé les négociations devant mener à cette réforme. On peut le lire gratuitement en entier ici .

Et pour les visiteurs de ce site qui n’ont pas le temps, le biau jardinier propose ici un petit résume de la situation, ainsi que les copies du courrier adminitratif concernant les DPU ( aides à la surface) auxquels sa ferme à droit  ( puisqu’il semble établi que le paiement unique soit un «Droit» ).

Le système d’aides de la PAC est assez connu pour une caractéristique essentielle : non seulement le gros des aides est attribué à la surface ( plus votre ferme est grande, plus vous avez un grand nombre de «DPU» = droit à paiement unique) , mais plus votre ferme est intensive, plus vos DPU valent cher. Ce qui est magnifiquement illustré, au niveau des moyennes départementales, par une carte dans le dossier Campagnes solidaires de février 2012 ( ici pour rappel ) démontrant que les régions agricoles les plus «riches» ( plaines surtout céréalières, celles où les fermes sont les plus grandes ) touchent les plus grosses aides à l’hectare et les zones les plus difficiles, où les fermes sont les plus petites ( zones de montagne et d’élevage ) touchent les aides les plus faibles à l’hectare.

Ces fameux DPU ont été calculés à partir d’un état des lieux du niveau des aides à la surface qui étaient versés chaque année  dit «référence historique» : environ 400 euros pour chaque hectare et chaque année de maÏs ou céréale, et 70 euros environ pour chaque hectare de pré. 

Pas besoin d’être grand matheux pour comprendre que faible DPU multiplié par petit nombre d’hectares donc de DPU, ça fait beaucoup beaucoup beaucoup moins d’argent que gros DPU multiplié par grand nombre d’hecatres et donc de DPU.

http://ahp.li/3bd0bc20acd12e52931b.jpg

A noter qu’il y a peu d’années, une «grande» réforme a été mise en place pour offrir quelques DPU aux paysans qui n’en avaient pas du tout : ceux qui ne produisaient ni animaux ni grandes cultures. C’est ainsi que le biau jardinier s’est vu attribué des DPU pour la gigantesque valeur d’un peu plus de 22 euros ( soit près de 20 fois moins que pour du maÏs…). Et sur sa grande ferme de… 14 hectares, cela donne le résultat suivant, comme nous l’annonçait le ministère par sa direction départementale :

http://ahp.li/22e129966c5aa4926c52.jpg

La suite du courrier annonçait que, effectivement, si on multiplie plus de 22 euros le DPU par plus de 13 DPU, on obtenait le faramineux total de 295 euros par an ! Pfiou…

Mais que le contribuable se rassure, le biau jardinier ne touchera pas tout ça ( lire la suite ci dessous )

http://ahp.li/6a2fbf0f934626b5b2b3.jpg

 

En effet, intervient la modulation. C’est quoi, la ,modulation ? Et bien pour faire simple, c’est un système de diminution des aides pour introduire la double notion que

1/ les aides, ça ne va pas durer, donc on les diminue un petit peu tous les ans et

2/ les aides, faut que ce soit juste donc on en enlève un peu à ceux qui en touchent beraucoup.

Finalement, la modulation, c’est très moral, hein ?

Donc au titre de la modulation la valeur des DPU sera diminuée de 10 %. On arrivera donc à environ 265 euros d’aide à la surface pour la ferme et par an. Pfiou…

Et en plus, par souci d’équité, cette somme sera encore diminuée de 4%, mais attention, pas sur tout : seulement sur le montant des aides dépassant 300 000 euros.

Hein ?

Alors ça veut dire que…

Et ben oui.

Oui oui oui, c’est bien écrit sur le papier officiel, vous avez bien lu.

Pfiou…

On était prévenus, hein, c’était marqué dans le titre : il s’agit bien d’une politique agricole.

Et en échange de ces revenus que l’état assure aux agriculteurs ( de même qu’il assure le revenu des enseignants, des administrataions, d’une partie du secteur de la santé, de l’énergie, etc… etc…) qu’est ce qu’il exige des agriculteurs, l’état régalien ?

Et ben il exige tout çà, l’état régalien :

_

 _

_

_

_

_

_

_

_

 

 

 

 

Tags: 

Catégorie: