Ceinture ET Bretelles

«Ceinture et bretelles», c’est dit-on, la «mentalité» et le mode de fonctionnement du rural classique. Les Biaux Jardiniers, paysans-maraîchers ruraux ne dérogent donc pas à la règle.

Chaque année, sous leurs tunnels, ils prévoient un système supplémentaire de protection contre le froid : petits arceaux, voiles non-tissés déroulés à l’avance, de façon à ne pas «être surpris» et pouvoir rapidement faire face en cas de petit gel. Les voiles non tissés avaient été installés il y a déja un moment.

Ça, c’est le système «ceinture».

Et depuis un moment, les bulletins météo semblaient tous assez d’accord pour annoncer une belle période de froid ; les pronostics précisément chiffrés des minima , par contre variant pas mal : moins 5 ? moins 12 ? En tout cas une chose était «sûre» : temps dégagé, donc

beau soleil et bise séchant la journée + ciel dégagé la nuit = brr…

Alors tout le monde s’est dit : «Brr…gaffe… çà va claquer».

Première mesure, donc. Dans sa grande sagesse, le président de notre syndicat d’arrosage a décidé de fermer  le circuit collectif.

Et les Biaux Jardiniers, de leur coté, ont, comme leurs collègues, fermé et purgé leur réseau de distribution d’eau, bien vidé les vannes à boule, etc…. Puis ils ont mis à profit une belle journée ensoleillée pour doubler la protection supplémentaire des légumes sous tunnel avec la pose d’un deuxième voile non tissé par dessus le premier.

Ça c’est le système «bretelles».

Ils sont donc allés chercher dans les pallox «dédiés» les voiles qui y étaient rangés en attendant de servir. Et ce fût, comme souvent, l’occasion de surprendre quelques rongeurs qui y hibernaient tranquilement.

Cinq lérots : les Biaux Jardiniers ont eu la lacheté de les provoquer en combat. Inégal, bien sûr. Y’a pas de quoi être fier, mais…les Biaux Jardiniers font en sorte que leurs bons légumes bio soient mangés par les abonnés de leurs paniers !

La suite de l’opération «bretelles» consiste à étendre puis installer et fixer correctement ces voiles sur les premiers déja en place. Ça demande souvent du soin. Et du temps. Entre les cultures mises en place avant l’hiver et déja bien développées ou au stade récolte, et celles récemment repiquées ou semées, çà commence à faire pas mal de monde ! chacun a eu droit à sa petite attention, en tentant de respecter ses exigences particulières, parce que deux voiles légers, çà peut faire lourd sur la tête si le légume est fragile !

Bien sûr, ce deuxième voile fait perdre un peu de luminosité aux plantes, alors mieux vaut ne pas le laisser plus longtemps que le strict nécessaire.

Mais il fait gagner les quelques degrés qui parfois «sauvent la mise».

Résultat de l’opération ? À voir dans une bonne semaine (ou plus ?) après quelques jours de redoux.

Pour ce qui concerne le plein champ, ce gel va amener bien des avantages. En effet, le biau jardinier avait pu valoriser au maximum un créneau favorable de quelques heures en semaine 7 : les pluies avaient cessé depuis plusieurs jours et quelques jours de bise avaient séché la terre avec l’aide  des engrais verts en place (qui consomment de l’eau pour leur pousse). Quelques flocons de neige étaient annoncés pour la nuit… Il fallait vite se décider :  le biau jardinier a donc donné le petit coup de bêche qui permet les vérifications nécessaires : le sol était «travaillable». Hop ! Tracteur, incorporation superficielle de l’engrais vert, passage de butteuse (LIEN) pour monter la planche. Le travail avançait bien, mais fallait pas trainer : la nuit arrivait, et les premiers flocons aussi… Le tracteur a mis en service ses phares… et peu  après tout était fini. Youpi !

butte de planche permanente exposée à l'action du gel

Le gel va «travailler» les buttes. Et dès que possible, ce sera au cultibutte modifié (LIEN) d’intervenir (*). Finalement, pour l’instant, malgré un début d’année très mouillé, les planches pour les premières plantations de plein champ devraient être prêtes à l’heure, et préparées dans de bonnes conditions. Bien sûr, seules les planches indispensables ont été préparées, les autres sont toujours couvertes de leur engrais vert multi-espèces : il ameublit le sol avec ses racines, le protège de l’érosion, les fabacées fixent l’azote atmosphérique, etc…tout çà gratis… pendant que le Biau Jardinier se repose.

Bonheur des engrais verts systématiques en système planches permanentes !!!

En système "planches permanentes", seules les planches nécessaires sont préparées : pas besoin de travailler tout le carré !

___________________

(*) À noter que le cultibutte a eu, avec le buzuk et le dahu, autres outils de l’Atelier Paysan, les honneurs de la revue de presse de France Inter ce 24 février 8 h 30. Salon de l’agriculture oblige ! C’est la semaine où l’on entend les brûleurs de pneus, les gaspilleurs de fumier sur les trottoirs des sous-préfectures, les accros au Roundup. Mais pas que !

 

 

 

Tags: 

Catégorie: