Laborieux...laborieux...

C’est pourtant sûr que vu de loin, et avec du soleil, c’est joli, c’est bucolique, le jardin ! Et avec la couverture blanche de «l’abri à quincaillerie», c’est lumineux ! Aaahhh, le charme de nos paisibles campagnes…

Haies bocagères récentes ou anciennes tout autour de notre Biau Jardin de Grannod

Mais il a vraiment pas mal plu encore ces jours ci. Alors avec toujours le même soleil, quand on regarde le jardin de plus près, c’est nettement moins enthousiasmant !

Excès d'eau => légumes en difficulté physiologique, risque de maladies, et travail du sol impossible.

Et puis alors, la veille, quand le temps est gris…pfiou… c’est pas la joie !

Et pourtant début avril, on entre dans la saison des grosses plantations, dehors comme dedans (traduction : en plein champ comme sous tunnel). Et dehors, çà n’est pas vraiment possible de travailler les planches, de planter, etc…  Et dedans, on ne peut pas dire que les conditions météo soient à une jolie pousse,  dynamique et sans maladie, des premiers légumes ! Ça finit par craindre…

La solution ? : simplement attendre que çà s’arrange… ! Dur dur.

Alors pour ne pas tomber dans la multiplication des pertes de temps et des travaux qui prennent du retard, pour éviter la déprime, le Biau Jardinier se lance dans quelques rangements, réparations, et autres petits chantiers «souples», de ceux qui peuvent du jour au lendemain s’abandonner sans trop de dommage, pour pouvoir «sauter sur le tracteur» dès que la météo est d’accord.

La premier de ces petits chantiers, c’est donc le démontage d’un ancien abri, de petite largeur, qui n’est plus cultivé depuis quelques temps.

Démontage d'un abri tunnel de largeur 6 m 40

Son ossature, une fois modifiée, servira ailleurs.

Le Biau Jardinier n› avait pas hésité ces derniers temps à «se mettre en intempéries», comme on dit dans le bâtiment. Mais comme pour cause de météo il avait fait relâche à plusieurs reprises préventivement, il s’est senti en possibilité de «récupérer»; c’est un genre de RTT paysanne, d’aménagement du temps de travail, de gestion souple des horaires en concertation avec le DRH (la météo) en fonction du choix du travailleur. Et en fait çà marche dans les deux sens. Quand il fait mauvais, on ne va pas travailler, quand il fait beau et qu’il y a du travail, on y va. C’est tout simple : pas d’horaire adminnistrativement pré-imposé : certains trouvent çà étonnant. Étonnant ? oui… Mais quelle liberté ! et quel plaisir d’user librement de sa liberté !

Raison pourquoi le Biau Jardinier a terminé le démontage de ce tunnel ce lundi de Pâques : un jour avec quelques heures de très beau soleil. Il aurait été bien dommage de s’en priver et de rater les premiers bronzages !

Démontage du tunnel de 6 m 40

Sur la parcelle ainsi dégagée, le Biau Jardinier va cultiver un engrais vert,  avant de monter un tunnel du même type que ceux installés récemment (LIEN). Le plan prévoit que cet investissement soit opérationnel dans deux ans.

Tags: 

Catégorie: