Petits outils et gros outils

Des fois, des engins, il y en a plein la cour…

C’est en fait assez logique : comme il fait bien sec ces temps ci, c’était vraiment le moment d’en profiter pour faire les travaux de terrassement avec les gros matos qui font teuf teuf. Travaux de terrassement en attente mais indispensables à faire «au sec» et à finir absolument avant la prochaine saison des pluies….  

Chantier des 5 tunnels

Le premier travail a consisté à installer définitivement les évacuations des eaux pluviales des tunnels montés en 2016.  En effet, des fossés enherbés avaient été créés le long de chacun pour évacuer les eaux de pluie concentrées par la couverture et empêcher qu’elles ne s’infiltrent à l’intérieur des tunnels. (On peut avoir par ce LIEN tous les détails sur les moyens mis en place pour y lutter contre l’érosion de ces fossés).

Jusqu’à aujourd’hui, ces 6 petits fossés étaient bien évidemment raccordés à l’évacuation, mais seulement «à ciel ouvert» faute d’avoir posé des busages en ciment. Situation qui «compliquait» le passage en tracteur à cette extrémité là… Mais pourquoi donc le Biau Jardinier n’avait il pas posé ces busages ciment ? Et qu’attendait il donc ? Et bien tout simplement l’occasion de grouper sa commande de buses ciment avec des collègues pour acheter à un tarif raisonnable (=compatible avec le cours de la salade biologique!).  Parce que les buses ciment, non seulement c’est lourd et cher, mais en plus çà coûte pas mal en transport parce que c’est lourd et plein de volume vide… Bref, le chantier avait été approvisionné il y a peu. Et restait à poser tout çà.

Évidemment, le Biau Jardinier en a profité pour essayer de faire ce travail du plus bio possible. Le fossé d’évacuation, qui se raccorde au busage posé par la CUMA en mai dernier,

a été recreusé très largement au dessous du niveau de la bouche de prise en charge.

Permettre le stockage d'un peu d'eau pour héberger les batraciens

Le but est d’avoir toujours le fossé en partie rempli d’eau, et d’essayer d’y créer, avec quelques aménagements simples, un milieu favorable aux batraciens… pas uniquement pour leur beaux yeux…et leurs belles chansons d’amour… aussi pour qu’ils mangent les limaces attirées par les bonnes salades bio (et autres) du Biau Jardinier !

Chantier de la mare

Même motif, et même punition dans le pré des Brons : la vieille mare qui ne jouait plus vraiment son rôle de collecte de l’eau drainée par les «basses» a été recreusée.

Le trop plein a été rétravaillé.

La terre riche en végétaux et matière organique issue des travaux a été pour l’instant transportée et stockée grâce au gros matériel de Ronald (merci à lui !).

Mais étaler, faire les finitions, ce sera pour plus tard, parce que les horaires de travail devaient être parfaitement maîtrisés semaine dernière : pour cause d’alliance entre la culture et la kulture… c’était «Chalon dans la rue» ! (LIEN).

Train train de saison

Binages

Malgré tout cela, les Biaux Jardiniers ont fait aussi de la production maraîchère. Comme les pluies orageuses avaient pas mal tassé et «croûté» le sol en surface, il ont donc à nouveau biné, principalement les cultures à deux rangs pour les récoltes d’automne et d’hiver.

La bineuse à doigts a permis de «faire aussi sur le rang».

Utilisation de la bineuse à doigts qui travaille aussi sur le rang

À peu près partout.

Le résultat est plutôt pas mal eu égard à la brutalité du passage orageux.

Deuxième passage de bineuse à doigts sur brocoli.

Broyages

Le biau Jardinier a aussi attelé le broyeur pour faire un premier passage dans l’engrais vert diversifié qui avait été semé il y a quelques semaines, après le drainage du pré-verger (LIEN). Dans l’idéal (ah ! l’idéal !), il aurait été préférable d’attendre un plus gros développement du sarrasin.

Mais sur un déchaumage, et derrière un drainage, ne lève pas uniquement ce qui a été semé par le paysan… et mieux valait perdre un peu de floraison de sarrasin pour essayer de détruire à temps les adventices !

Si nous n’avons pas droit à un mois de sécheresse, la repousse sera plutôt belle. C’est l’aléa des engrais verts. Par contre, pour les légumes, pas de prise de risque : les Biaux Jardiniers continuent les

Arrosages

chaque fois que besoin.

Continuent aussi évidemment les

Cueillettes

pour garnir les paniers des abonnés. Et tout çà à coté de belles bandes fleuries : c’est pas beau, la vie du paysan ? (bio).

Tags: 

Catégorie: