"Préparation mécanisée = travailleur protégé"

Notre série «Les Biaux Jardinier. e.s préparent les paniers»… épisode 2 : «Préparation mécanisée = travailleur protégé». Parce que effectivement les conditions de travail sont une de nos principales préoccupations. La Bio que nous revendiquons protège la santé de la terre, du consommateur, et «en même temps» celle du paysan, «détail» peu médiatique, mais que nous ne souhaitons pas oublier !

Le bâtiment bioclimatique avait été construit dans cette optique de confort paysan, et çà continue :

dans le plan d’investissements, 2020 était «fléché» préparation des légumes racine. Ce qui a permis de constituer une ligne complète de préparation de légumes ; elle a été installée «en rond». Après nettoyage sans eau à la brosseuse, les légumes sont guidés par des plaques en caoutchouc que le Biau Jardinier a installées à la demande,

pour leur permettre de rejoindre tranquillement la trémie de réception du tapis élévateur : c’est la première pièce du plan «investissement/préparation» 2020. Son rôle consiste non seulement à monter les légumes à la table de visite, mais aussi à les monter confortablement pour le travailleur suivant : une trémie de volume suffisant permet le stockage temporaire de légumes, donc une vitesse (réglable) assez lente du tapis élévateur pour apporter assez de calme et de qualité lors du travail de tri.

Sur la table de visite, deuxième pièce du plan 2020, les légumes sont triés. L’outil est un tapis constitué de cylindres tournant en sens inverse de son avancement ; c’est ce qui permet de voir chaque légume sous toutes ses facettes. D’autant mieux qu’il y a un bel éclairage fluo positionné juste au dessus, et que la vitesse d’avancement,  là aussi est facilement adaptable.

Alors c’est ici que la main Biau Jardinière choisit de mettre à l’écart les légumes qu’elle juge pas assez jolis, trop abimés, etc… (oui, cela arrive - parfois seulement hé hé) pour être distribués dans les paniers. Ils sont donc mis de côté, dans une cagette où les Biaux Jardiniers se serviront (en abondance) pour cuisiner. Cette caisse pleine de légumes à destination de leurs producteurs, est souvent appelée «le cordonnier» puisqu’ils seront ainsi «les plus mal chaussés» (ah ! l’humour maraîcher !).

Et les légumes assez méritants pour être distribués dans les paniers ? Hé bien direction machine n° 3 : la peseuse.

Avec son tapis élévateur qui les emmène dans le bac peseur.

Et dans le bac peseur, et bien les légumes sont pesés (!) par un simple système de balance électronique, automatiquement une fois que le poids désiré à été programmé.

À son approche, le tapis de montée ralentit pour affiner la pesée, puis stoppe l’alimentation. Reste au Biau Jardinier à ouvrir la porte du bac peseur pour remplir la cagette. Ce qu’il fait avec le déclencheur, un modèle à pied choisi pour plus de confort.

Pendant ce temps, tapis à l’arrêt, les légumes se stockent dans la trémie d’entrée. En se refermant, la porte du bac peseur enclenche un contact qui redémarre du tapis.

La cagette remplie est rangée sur la pile, une vide est posée sur la table de réception de la peseuse. Et çà continue. Avec les différents légumes racine.

Tranquille. Rapide. Confort.

Jusqu’à l’ultime étape : le nettoyage du chantier. Un pallox accueille déchets de légumes, terre du brossage, etc… qui seront rendus à la terre du jardin. Le cycle…

La série «Les Biaux Jardinier. e.s préparent les paniers» c’est déja fini ? Bien sûr que non ! Alors ATTENTION ! Ne manquez pas le prochain épisode intitulé «Poste adapté = travailleur.e protégé.e»

Tags: 

Catégorie: