Un "bilan" de 2021.

On pourrait résumer ainsi 2021 sur notre ferme :

  • le «plan» était ambitieux : nouveaux carrés de légumes + des céréales
  • la météo fût très «chaotique» : gel tardif, pluies+pluies, inondation d’été,
  • dans un contexte de ventes «instabilisées» (civilisation covid).

Mais dans un joli jardin, l’équipe a assumé, et avec les honneurs.

Réalisation du plan prévu.

Le travail accompli toutes ces années précédentes pour la conversion des nouvelles terres à la Bio est arrivé à son aboutisement : le Biau Jardinier a enfin pu y créer de nouvelles planches permanentes pour y cultiver ses légumes sur une douzaine de carrés.

Les carrés de légumes seront entourés de tous côtés d'une large bande enherbée source de biodiversité.

L’objectif était que la ferme dispose d’une surface

pour cultiver plusieurs des légumes de conservation aussi à destination de la restauration collective.


Tout en gardant assez de place pour continuer à en consacrer suffisamment aux récoltes de printemps

et d’automne,

indispensables au suivi de notre gamme diversifiée pour les paniers.


Le tout bien sûr en maintenant dans la durée une rotation extensive : donc beaucoup de planches permanentes consacrées à la culture d’engrais vert pluriannuel : une pratique agronomique renforçant notre autonomie et qui dans notre ferme maraîchère, reste notre choix de base pour la fertilité du sol et la valorisation de la biodiversité.

Pour être capables d’arroser ces carrés supplémentaires, le branchement à «l’eau des maraîchers» a été réalisé, avec son lot de difficultés, reports et imprévus, d’autant plus pesants en année «humide».


L’investissement dans un enrouleur à rampe y permet un arrosage économe, précis et délicat(!) des légumes.

Et le reste de la surface reconvertie, prévue en céréale, participera à amortir le travail, indispensable sur les légumes, de l’autre gros investissement en matériel de 2021 : la herse étrille à doubles ressorts finement réglable,  et associée à un semoir de bonne précision,

Cet outil nous permet d’énormément limiter le travail manuel de type «à quatre pattes» tout en gardant des cultures bien propres.

Météo et cultures

Les aléas météo de cette année ont été vraiment «pesants» : gros gel tardif de printemps,

mais avec assez peu de dégâts sous tunnel (comme quoi, le plastique, hein…) puis tout au long de la saison, pluies + pluies + re-pluies… des pluies qui laissaient peu de jours disponibles pour assurer les repiquages, l’entretien mécanique des cultures en conditions «honnêtes».

Il fallait être dispo quand les cieux l’avaient décidé. Le paysan est «au doigt et à l’oeil» de sa terre dans son lieu : c’est à ce prix que sont cultures et… récoltes.


En été, faibles températures et net manque d’ensoleillement ont donné des récoltes très tardives de tous les légumes fruits, en petite quantité, au mauvais moment (et oui, tomate, mais abondance en période estivale).

Et mi-juillet, lors de la crue de la Seille qui a inondé même les deux accès de Louhans, notre sous-préfecture, les poivrons et aubergines ont renoncé à sourire pour tout le reste de leur saison.

Mais comment en vouloir à la Seille de ses excès, elle qui nous fournit son eau aussi lors des sécheresses et canicules ???

Les conditions météo d’été et automne ont été bien favorables aux maladies cryptogamiques : c’était comme qui dirait «compliqué»… mais entre prévention et suivi de très près, les oignons/échalote ont été vraiment bien jolis,

et le local de conservation par ventilation a de nouveau montré tout son bénéfice. Pour les récoltes du stock d’hiver, à part une petite partie des planches de carotte ou de céleri qui n’ont fourni qu’un récolte moyenne, toutes les racines s’en sont bien sorties.

betterave rouge

navet radis d'hiver

La seule réelle «casse» au point d’en euthanasier les planches a été sur les chicorées d’automne.


Du coté des courges, qui n’ont donné qu’une demi-récolte, bassinées de flotte durant toute leur croissance, leur conservation sera bien mauvaise. Dur dur..

Concernant les installations, la nouvelle chambre froide a été construite dans les délais impartis,

et bien sûr aussitôt utilisée. Cerise sur le gâteau, un imprévu voyage express de fourgon a permis d’acheter d’occasion et installer «à l’arrache» une laveuse à tambour pour quelques légumes-racine à destination des cantines.

Les offres d’occasion ont finalement quelque chose en commun avec la météo : il faut être dispo si on veut en bénéficier !

Ventes.

Évènement commercial en cette année 2021 : pour la première fois dans la vie de notre ferme maraîchère, un magasin Bio du département nous sollicite pour lui fournir des légumes ! Nous assurons donc le suivi de plusieurs légumes de notre gamme au Biocoop de Chalon/Chatenoy le Royal depuis son ouverture à la rentrée.


La ferme est maintenant associée de Bio A Pro et de La Ferme Au Quartier, les coopératives paysannes de Rhône et Loire pour la vente aux restaurateurs, magasins et à la restauration collective. Le travail en collectif de professionnels, qui favorise l’organisation, l’échange et la formation

permet d’aborder plus sereinement ces marchés, et d’assumer les montagnes russes de nos productions qui sont, par définition, planifiées en  hiver… mises en place bien des mois avant… et cultivées consciencieusement avant… les soudaines décisions de travail en distanciel prises dans les entreprises… et répercutées dans leurs cantines.

Nos paniers associatifs sans achat/revente : coopérative de paniers Alterconso, AMAP comme Alternatibar et Guillamap ainsi que nos paniers À la ferme résistent encore à la civilisation covid (commandes aléatoires par internet et dépot chez des commerçants ou ubérisée à domicile).

L’équipe.

Piliers toujours fidèles au poste, Charline et Vivien «montent en compétences» et toujours dans le plaisir au travail sur la ferme : ce sont des «bons» !


Noémie, déja embauchée en 2020, est revenue faire la saison d’avril à fin octobre. Salya, après le stage associé à sa formation BPREA, a assuré de juillet à fin novembre. Chacune avant sa saison d’hiver en stations.

Et Kim, étudiante, a travaillé dans l’équipe pendant ses vacances scolaires.

Et maintenant…

  • que les modifications nécessaires ont été apportées au plan de culture,
  • que la commande des semences et plants est réalisée,

il est temps de se lancer dans les quelques activtés calmes et abritées prévues, organisées, voire déja entamées :

  • adaptations d’agencements et rangements,
  • réparations et entretiens de matériel,
  • travail de fond pour le nouveau site…

et surtout, surtout, vacances, remise en état du dos, repos.

Il n’y aura pas de paniers distribués les semaines 51 et 52 (mercredi 22 et 29 décembre) comme d’hab !

Catégorie: