Au Biau Jardin de Grannod aussi, elles sont voilées...


cela faisait quelques jours que les biaux jardiniers se posaient la question : faut il les laisser dehors non voilées ?

doit on les voiler tout de suite ?

avec des après-midi autour de 37 degrés, est-ce bien raisonnable de les voiler ? ne risquent elles pas de souffrir ?

les terres cultivées par le Biau Jardin de Grannod, bien que propriété collective de 80 personnes réunies dans un GFA, le Groupement Foncier Agricole Les Jardins Qui Chantent, n’étant pas un «lieu public», n’est ce pas déplacé de se poser toutes ces questions ?

Parce que vraiment, au 15 août, c’est quand même commencer à prendre des risques que de ne pas les voiler…

notre carré de carotte bio début août

Alors les biaux jardiniers les ont voilées…

protection contre la mouche par pose de filets

..les carottes.

Parce que c’est un moyen de lutte assez efficace contre la mouche de la carotte, cette charmante bestiole qui aux environs de mi-août, cherche les parcelles de carotte pour y pondre ses œufs entre les rangs. L’œuf devient larve dans le sol, et c’est peu après que çà devient gênant pour les mangeurs des carottes du Biau Jardin de Grannod : la larve se dirige vers une carotte qui se trouve à proximité, elle y creuse une petite galerie, puis elle se nymphose…et le cycle continue.

Pour plus de détails,  lien vers la fiche Psila rosae il y a des photos accessibles en bas de la fiche.

Comme quoi la vie est pleine d’ingéniosité pour se perpétuer. Mais les maraîchers bio aussi !

Aidés en cela par leurs stations d’essai (et les propositions de l’industrie - horreur ! -  du textile) ils sont pleins de volonté de se perpétuer en tant aussi que producteurs de carotte. Bien sûr, les binages entre rangs contrarient les pontes de mouche, qui en plus du dérangement mécanique, craignent aussi l’exposition au chaud et sec du soleil ; mais à la mi-août, le feuillage bien développé des carottes tient l’entre rangs dans une ombre fraîche et humide favorable à l’éclosion des œufs et au développement des larves, surtout que les biaux jardiniers, quand il fait chaud et sec, pour faire pousser leurs carottes, les arrosent ! Et comme les feuilles se développent, non seulement les herbes adventices se développent moins, rendant les binages moins nécessaires; mais comme les feuilles sont de plus en plus grandes, elles sont de plus en plus malmenées, voire cassées, par les divers outils de binage; et qui dit feuille cassée dit légume handicapé dans sa croissance car diminution de photosynthèse.

Bref, le cercle infernal.

Bien sûr, contre la mouche, en chimie, Syngenta propose « karaté » (ah les communicants, quand proposeront ils enfin le désherbant Attila ?).  D’autres bienfaiteurs de l’humanité proposent, pour lutter contre les insectes et les herbes parasites des cultures de carotte d’autres pesticides poétiquement baptisés, les biaux jardiniers avouent leur manque de connaissances sur ce point précis.

Au Biau Jardin de Grannod, l’année dernière il y a eu à nouveau des dégâts non négligeables de mouche sur les carottes distribuées en hiver ; les biaux jardiniers ont donc à nouveau investi dans l’achat de belles surfaces de filet de protection, technique qu’ils avaient délaissée il y a de nombreuses années puisqu’après une période difficile, les dégâts étaient devenus trop faibles pour s’en préoccuper. Il va donc à nouveau falloir enlever les filets pour biner les carottes. Puis les remettre immédiatement après pour limiter les risques au maximum. Travail en plus… et travail délicat : il faut éviter de déchirer les filets, qui sont très couteux…

Rendez vous cet hiver pour juger du résultat du port de ce voile.

Tags: 

Catégorie: