Politiques agricoles

Roundup, monoculteurs de maïs, suppression des aides à la Bio

Mercredi dernier 22 novembre,  l’association générale des producteurs de maïs (AGPM), branche spécialiée de la FNSEA, tenait congrès, dans le Sud Ouest de la France, région bien connue pour sa pratique des cultures OGM avant leur interdiction (et même après puisque c’est l’état qui avait dû détruire des culture OGM semées lors du dernier moratoire par quelque acharné).

Région bien connue aussi pour sa pratique du gavage de volatiles, jusqu’à la cirrhose.

L'été, c'est préparer l'hiver

Au Biau Jardin de Grannod comme chez les autres maraîchers, l’été au jardin, çà consiste aussi à préparer l’hiver.

Si juillet s’est bien passé, c’est en août que sont faits les derniers gros binages ; ensuite les cultures sont suffisamment bien développées pour mieux couvrir le sol, donc mieux concurrencer les herbes indésirables (herbe indésirable, définition : végétal de culture biologique certifiée que l’abonné au panier souhaite ne pas manger).

"Aménités de l'AB" ou "la bio c'est mieux"

Certains se souviennent peut-être qu’il y a 3 années tout juste, un rapport de l’INRA sur l’analyse des performances de l’agriculture biologique (LIEN) avait été fort remarqué… puisque que dans un premier temps 63 chercheurs en avaient demandé la dépublication (LIEN), se basant notamment sur ses erreurs de méthodes manifestes. Puis plus d’une centaine (140) avaient à nouveau insisté (LIEN)… Le biau jardinier en avait parlé sur son site : lien.

Nouvelle étape de l'offensive anti-bio généralisée

Contexte :

Depuis quelques temps, tout un chacun commence à prendre conscience des nuisances (environnementales, sociales, sanitaires apportées par le productivisme agrochimique.

Depuis quelques temps, les habitudes d’achat des consommateurs se déplacent vers les produits issus de l’agriculture biologique contrôlée.

Depuis quelques temps, l’agriculture biologique française se développe malgré un coontexte de crise agricole et les baisses des aides publiques (déja bien faiblardes) au maintien de la bio et à la conversion !!

Depuis quelques temps, la situation de l’agriculture productiviste et le sentiment des consommateurs sont tels que les communicants font employer par nos décideurs politiques de «révolutionnaires» éléments de langage du genre agroécologie !

 

Et dans le même temps aussi…

Le regard de Gilbert sur la crise agricole

Gilbert a créé, avec notamment sa femme Catherine et leur ami Goulven, une structure collective de production et vente de plant bio de pomme de terre et d’échalote vigoureusement baptisée «Payzons ferme !» qui regroupe une dizaine de paysans. Les biaux jardiniers se fournissent chez eux depuis une trentaine d’années. Le jeune biau jardinier a eu le plaisir de travailler quelques temps chez eux lors du «tour de France» qu’il s’était organisé en 2015 pour compléter sa formation professionnelle.

 

Ci dessous un article du journal de Pontivy qui interrogeait notre ami Gilbert Le Jeloux.

 

Élagage suite

Un chêne avait poussé spontanément au milieu du jardin, juste entre les tunnels, il y a une petite vingtaine d’années, profitant de la terre meuble laissée par le chantier d’installation de l’irrigation. Dans le doute, les jardiniers l’avaient laissé vivre sa vie, se disant qu’il serait toujours temps de l’abattre quand on constaterait une gêne aux cultures. Les biaux jardiniers l’ont «formé» à leur façon au fil du temps, mais il était temps de lui redonner un coup de jeune.  C’est donc Benjamin ( lien ) qui s’en est chargé. 

Pages

S'abonner à RSS - Politiques agricoles