Récolte des courges, suite et fin.

Il y a 3 semaines, avec l’aide de plusieurs amapiens, nous avions récolté les courges les plus précoces : voir ici.

Dimanche dernier, une vingtaine de personnes, amapiens et abonnés locaux à nos paniers de légumes, ont bravé la pluie et la grisaille pour participer à la récolte des courges les plus tardives. L’union, fait la force, et en peu de temps, nous avons rentré à l’abri 5 palettes de courges, ainsi que 4 pallox. Comme chacun avait encore un peu d’énergie à dépenser, les présents ont décidé de débarasser la parcelle de tous les restes de la culture : et les tiges de courges, c’est long, et ça fait des gros tas… qui sont lourds. Ce qui a mis chacun en appétit pour le repas partagé, qui a débuté avec un bon bol de soupe poireau/carotte/navet.

Et après le repas, tout le monde a eu envie de retourner au boulot !!!

http://sd-1.archive-host.com/membres/images/83700288762628507/2011/sept_octo/physalis1marq.jpg

 

Nous sommes donc allés «mettre le nez» dans les physalis. Les physalis, c’est la jungle !

Pour voir la fiche «physalis», c’est ici !

 

http://sd-1.archive-host.com/membres/images/83700288762628507/2011/sept_octo/physalis2marq.jpg

 

On peut y jouer à cache cache ; et l’avantage, c’est que contrairement au désherbage de panics, ça ne donne pas des boutons !!! Eric y va donc de bon coeur.   

 

http://sd-1.archive-host.com/membres/images/83700288762628507/2011/sept_octo/physalis3marq.jpg

Et ce mardi, avec Jean-Paul, notre salarié «intermittent du maraîchage» ( salarié en CDI du service de remplacement), nous avons enlevé les toiles hors-sol des carrés de courges. Nous les avons repliées, mises en palettes, sanglées, et stockées à l’abri. En attente de l’année prochaine…

http://sd-1.archive-host.com/membres/images/83700288762628507/2011/sept_octo/carrecourges_numarq.jpg

Les tubes d’arrosage sont groupés en bout de planche, mais reste encore à les mettre sur la remorque adéquate pour les stocker au sec, en attente de la saison prochaine.

Maintenant, la terre est sans herbe, ce que le maraîcher apprécie, mais nue, donc exposée à l’érosion, ce que le maraîcher bio n’apprécie pas trop. Il va donc falloir préparer rapidement le sol, pour y semer un engrais vert qui assurera la couverture hivernale.

La suite bientôt !

 

Tags: 

Catégorie: